Le Noël d'Inouk

 

Le Noël d'Inouk

 

 

 

 

 

 

Il fait très froid en cette nuit de Noël, Inouk le petit esquimau, est blotti dans sa peau de phoque, impossible de trouver le sommeil .

Il entend son papa, "lui non plus ne dort pas pense t-il".
Inouk est très contrarié, hier il a vu Rodolphe, le petit renne du père Noël. Il venait avec son maître de Rovaniemi, un village de Laponie Finlandaise.

Le père Noël a sa maison là-bas, son atelier, ses lutins qui fabriquent des jouets pour les enfants.
Il y a aussi ses rennes, et bien sur, son fidèle Rodolphe au petit nez rouge.


                                           


Le petit renne attendait le père Noël, venu ramasser le courrier des enfants. Beaucoup de travail la veille de Noël, toutes les commandes doivent être prêtes.
Rodolphe a demandé au petit garçon, de lui dégager à la chaleur de son feu, du lichen pris dans la glace.
                         
Inouk a eu le temps alors, de parler avec le petit renne, et lui a expliqué que cette année, il n'avait pas préparé sa lettre au père Noël.
Inouk n'a plus confiance, il boude le père Noël, deux ans déjà que sur sa lettre, il demande un petit frère, jamais son vœu n'a été exaucé.
Cette année, pas de commande, ce n'est pas la peine,  il avait pourtant très envie d'un traîneau neuf.
                         

Rodolphe a sermonné Inouk, la bouderie ne mène à rien, mais le petit garçon n'a pas cédé, pas de lettre cette année.
Cette nuit, seul dans sa peau de phoque, Inouk repense à tout ça, il a le cœur gros, bouder le père Noël, Rodolphe a peut-être raison, ce n'est vraiment pas bien.
                        


Hier soir, il a même refusé le bouillon de graisse de phoque, il n'avait pas faim.
Maintenant son ventre réclame, mais il ne veut pas déranger maman qui est fatiguée.
De sa couche, il voit le sapin au fond de l'igloo, il est très vert, décoré avec les pommes de pin, et d'une simple guirlande en dents de phoque.


                                                


La fatigue finit pas avoir raison, le petit garçon très contrarié  s'endort.
C'est des pleurs qui réveillent Inouk un peu plus tard, il ne comprend pas, et pendant un grand moment reste figé dans sa peau de phoque, se demandant ce qui se passe.
Des pleurs de bébé ! Il pense alors à sa petite cousine, à sa tante qui a du venir rendre visite à maman, mais il est très tôt encore, impossible !…
Il voit dans le fond de l'igloo, son papa, maman est encore couchée.
Il n'ose pas se lever, il sait que maman était très fatiguée ces jours derniers, et n'a pas envie de la déranger.
C'est papa qui vient le chercher,
-Viens Inouk, je crois que le père Noël est passé.
Inouk part comme une flèche, il ne voit même pas le traîneau au pied du sapin.


                                              

 

Il se dirige vers ces cris, il ne comprend pas.
Sa maman allongée sous sa peau de phoque le regarde en souriant.
-Approches toi Inouk chéri, viens embrasser ta petite sœur Noëlle.
Inouk ne réalise pas, il se jette dans les bras de sa maman les yeux pleins de larmes.
Un bébé enfin ! Quel bonheur ! il voulait un petit frère, mais en voyant cette frimousse toute ronde,  sa joie est immense.

Il reste blotti contre sa maman, longtemps, sans parler, le bébé se calme, Inouk touche ses mains si douces, il embrasse sa joue, ses cheveux, un bref instant, il songe au père Noël qu'il a boudé.
Pensée furtive, pas le temps de se laisser envahir par les regrets.
Inouk se remet de ses émotions, il pense alors à Noël, mais c'est vrai, il n'a rien commandé cette année.
Pourtant au pied du sapin, un petit traîneau l'attend,  dessus une lettre.
                      

Inouk ne comprend pas bien, le facteur ? Impossible le jour de Noël !…Il ouvre délicatement la lettre, son cœur tape, un léger doute quand même !Mais oui ! Inouk a raison, c'est bien une lettre du père Noël,

 

                                      

Mon cher petit Inouk
Je crois que je vieillis !… cette année dans mon courrier, aucune lettre de ta part, un oubli certainement.
Alors j'ai cherché dans mes archives, et j'ai retrouvé la commande de l'année précédente.
 Tu me demandais un petit frère.

J'en ai bien sur, parlé à mon fidèle Rodolphe, qui m'a conseillé
 d'exaucer ce vœu.
 Arrivé devant ton sapin, je me suis rendu compte de mon erreur, j'avais dans ma hotte une petite sœur.
Encore mon grand âge qui me joue des tours ! Sachant que tu es un petit garçon trop gentil pour bouder où m'en vouloir, je l'ai déposée au chaud, dans les bras de ta maman.
 Pour pouvoir t'amuser avec cette petite Noëlle, un traîneau neuf s'imposait, pas d'hésitations, voilà un traîneau pour toi, cher petit Inouk et ta petite sœur.


Longue vie à tous les deux, merveilleuse journée de Noël à toi et ta famille.
Le Père Noël et son fidèle Rodolphe
                                                                                         


Inouk, est confus, il a osé bouder un personnage aussi brave, mais comment a t il pu douter du père Noël ?
Il n'en parle à personne, l'année prochaine, il le sait, plus de doutes, plus de bouderies, sa lettre sera prête le 24 décembre.


                                      


Lequel d'entre vous ose prétendre que le père Noël n'existe pas ? Chuttttt !... fermez les yeux et rêvez, c'est la magie  de Noël ……


                                                        Gisèle



Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site